Reprendre une entreprise existante, une autre façon de se lancer en affaires

Bâtir une entreprise profitable à partir d’un concept ou d’une idée alimente peut-être les scénarios hollywoodiens, mais ne représente pas le meilleur moyen de se lancer en affaires. Dans les faits, on observe que les problèmes de financement sont considérablement amortis lorsqu’on choisit d’acquérir une entreprise déjà existante qui dégage sa part de bénéfices.

Les institutions bancaires sont moins frileuses à consentir un prêt et en plus, on peut profiter de l’expérience et du savoir qui viennent avec la nouvelle acquisition. Il demeure néanmoins que d’importants obstacles sont rattachés à la transmission d’entreprises, dont celui d’envergure de dénicher les vendeurs.

Or, le défi ne semble pas se situer au niveau de la relève, donc de la recherche d’acheteurs potentiels. Il serait plutôt du côté de la détection des personnes qui s’apprêtent à mettre un terme à leur carrière entrepreneuriale ou du moins qui y songent.  Ils ne veulent pas que ça se sache et cette attitude s’explique de deux façons.

D’une part, l’homme d’affaires qui met son commerce en vente a peur que cela soit interprété comme un signe que son entreprise éprouve des difficultés financières. D’autre part, vendre son entreprise c’est un peu comme mettre son bébé en adoption, les facteurs humains sont beaucoup plus importants qu’on serait tenté de le croire.

Dans les 10 prochaines années, des milliers d’entrepreneurs prendront leur retraite, un défi économique énorme pour le Québec. Voici quelques conseils aux acheteurs potentiels : Pour un acheteur potentiel, le premier objectif est de créer un lien de confiance avec l’actuel propriétaire.  Idéalement, ça ne se déroule pas du jour au lendemain, il faut réaliser un petit cheminement avec le vendeur. Cette étape assure au vendeur une protection supplémentaire à son capital.

Lorsqu’on choisit de reprendre une entreprise existante, avant même d’examiner les rapports financiers, il faut avoir le goût de s’impliquer dans le domaine de l’entreprise en question.  Les facteurs personnels sont importants dans la balance.

Alors comment s’y prendre pour devenir acquéreur? Identifiez une entreprise et demandez l’âge du propriétaire.  S’il a 60 – 62 ans, cognez à sa porte. Les solutions aux problèmes générationnels se trouvent souvent dans le dialogue!

Autres Articles

Déclaration

Comment maîtriser son entreprise ?

Facebook LinkedInTirer profit de son expérience, s’assurer des revenus supplémentaires, réaliser un vieux rêve, devenir son propre patron et occuper son temps libre, voilà un

Profils

Robert Dutton

L’ancien président-directeur général de Rona, Robert Dutton, a accusé lundi après-midi le gouvernement d’avoir fait preuve de «négligence» en vendant l’entreprise à Lowe’s.

Les chefs d’entreprises ont un rôle essentiel dans l’évolution et l’enrichissement de notre société

FEDCEQ INC